Accueil > Liste de discussion > Gix, interconnexion de réseaux, et collectivités locales

Gix, interconnexion de réseaux, et collectivités locales

dimanche 20 février 2005, par Philippe Batreau

Ce document est une synthèse d’échanges sur la liste de discussion des internautes territoriaux.

Qu’est ce qu’un GIX ?

Extrait de http://www.localgix.org/article.php3?id_article=7

Internet est une interconnexion de réseaux. Chaque internaute a le choix de son opérateur internet. Pour que les utlisateurs puissent s’envoyer et recevoir des informations depuis et vers un correspondant/serveur surun autre réseau, les opérateurs doivent s’échanger leurs "paquets" d’information en un lieu, le noeud d’échange.

Ce noeud d’échange s’appelle un GIX, pour global Internet eXchange. C’est un lieu physique où sont implantés quelques équipements électroniques (switchs, PC ...) et où s’échangent donc les trafics de chaque opérateur. Ces "trocs" s’effectuent en vertu d’accords de peering négociés par les partenaires.


Questions posées à Jacques Chatignoux et Valentin Lacambre, président et vice-président de Localgix

Question :

Il est écrit sur Localgix :
" L’implantation d’un GIX local permet au trafic local de s’échanger en local, sans passer par Paris. Cela améliore les temps de réponse. Cela peut faciliter certains usages (visio conférence sur IP par exemple). Cela éviterait que les salles d’hébergement de sites web soient presque toutes situées à Paris donc cela permettrait le développement d’activités liées à internet en régions. "

Mais concrètement, quels sont les moyens d’action des collectivités locales ?

Réponse :

Initier une étude de localisation d’un gix, pour regrouper des acteurs locaux autour du projet.
Adouber un projet d’implantation de gix pour lui donner une pérennité.

Q. :
Quelle place pour les opérateurs locaux et quelle impulsion de la part des collectivités locales ?

R. :
Les collectivités locales peuvent aussi travailler avec le
délégataire pour favoriser l’émergence de petits opérateurs locaux qui viendront directement échanger leur trafic via le GIX.

N’oublions pas qu’une grande partie du trafic est local et de petits opérateurs locaux peuvent aussi contribuer au développement du territoire car ils connaissent bien par exemple les marchés professionnels locaux.

Les grands opérateurs étant plutôt tournés vers des offres grand public.

Cf à titre d’exemple les propos tenus respectivement par B.Dugas, opérateur local en pays de Gex :
- "le Gix est un facteur important dans l’accompagnement des PME locales pour l’usage d’internet."
et J.Juillard dans le contexte du Creusot-Montceau :
- "mobiliser des
partenaires potentiels et créer une dynamique locale autour des services",
en relisant la synthèse des Rencontres d’Autrans 2005 :
http://www.localgix.org/article.php3?id_article=16

Q. :
Faut-il rajouter la mise en oeuvre de GIX dans les délégations de service
public - DSP - de réseaux ?

R. :
Sans doute, sinon les DSP risquent de se transformer en monopole régional
d’un opérateur privé, dont les effets seront contraires aux motivations
initiales.
Les GIX sont un bon contrepoids aux DSP en permettant de maintenir ou de
générer une concurrence entre les opérateurs de télécommunication.

Q. :
Qui paye ?

R. :
La collectivité dans un premier temps (subvention au gix local), les
entreprises qui sont connectées au gix dans un second temps (participation
aux frais du gix local).
Les frais de fonctionnement annuel sont de l’ordre de 15 000 euros, les
frais d’installation de l’ordre de 20 000 euros.

Typiquement un gix permet à un client raccordé d’economiser 60% de sa
facture de bande passante en mettant en concurrence les fournisseurs, sur
cette economie réalisée le gix prélève le necessaire à ses frais de
fonctionnement.

Donc qui paie en définitive, ce sont les opérateurs fournisseur de bande
passante internet.


Rappel de liens et liens complémentaires :

- Localgix
- Actualités de Localgix
- Liste de discussion localgix
- Lyonix